L'hiver en beauté

La gelée blanche, c’est la rosée de l’hiver. L’eau qui a fait vivre à la belle saison le vert de notre nature ressort par la présence de cristaux.

Les feuilles mortes, les chaumes, les branches des arbres, refroidissent durant la nuit beaucoup plus vite que l’atmosphère. Par temps froid et sec, la vapeur d’eau contenue dans l’air gèle ins­tantanément au contact de ces surfaces glacées. Ce sont des arborescences cristallines qui naissent et s’épanouissent en quelques heures sur ces corps aban­donnés par la vie. Dans notre région, le gel agit comme un élément déclencheur indispensable à la floraison printanière (exemple : pas de fruits à pépins si la douceur persistait toute l’année). Si la nature s’accorde une pause, c’est avant tout pour se régénérer.
Le soleil reste bas sur l’horizon jusqu’à début mars. Ses rayons de belles couleurs en soirée ont de la peine à lutter contre le froid des nuages glacés. Les bourgeons, qui sont un condensé de la plante, les ébauches des feuilles disposées par imbrication, attendent des rayons plus chauds. Au printemps, chaque feuille va investir l’espace pour développer sa fonction de capteur solaire.
Juste en regardant par la fenêtre, l’hiver vous transperce. Mais, bien couverts, quelle que soit la température, prenons plaisir à observer la nature qui vit au ralenti.
Les perce-neige, les hellébores (roses de Noël), les chatons des noisetiers qui s’allongent, les jasmins d’hiver (bien lumineux), vous donnent du courage pour faire un peu de nettoyage dans le jardin. Si vous avez la chance d’avoir un chimonanthus, un sarcococca, un viburnum ou un chèvrefeuille d’hiver, votre jardin sera parfumé jusqu’à la sortie des mauvais jours. Quel bonheur de retrouver sa maison bien chaude quand on rentre de promenade ! Pour garder son optimisme, regardons plus loin que la grisaille de l’hiver.


Le Grillon - La Grenouille n°34 - Janvier 2017