Les effets d'un excès d'humidité sur la nature

Le Loir-et-Cher a connu un hiver doux (la fin décembre avait des airs de printemps) et un printemps pluvieux (se trouvant sous l’influence de dépressions, de ce fait, les épi­sodes pluvio-orageux se sont succédés et nous avons connu un temps durablement perturbé et instable).

La douceur de l’hiver n’a pas permis aux arbres et arbustes de se reposer. Le cycle étant perturbé les sujets sont plus faibles et les maladies prolifèrent (étant donné l’hygrométrie). Des champignons, des maladies se développent sans cesse sur les fruits et légumes, sur les feuilles… (blanc, rouille et mildiou). Les plantes connaissant un excès d’eau ont leur métabolisme bloqué. Avec un arrêt de l’absorption de l’azote, la photosynthèse n’opère plus, les plantes meurent ou s’affai­blissent. Les animaux sont quelque peu déboussolés par cette pluie qui ralentit les naissances ou les noie. Peu de polénisation, pas de fruits, peu de miel, des abeilles perturbées... Après un hiver doux, beaucoup d’insectes et de nuisibles se sont reproduits trop tôt et en grande quantité. 

On a pu observer cette année de nombreux arbres défeuillés par des insectes. Nos gastéropodes sont à la noce, température entre 15 et 18° C et de l’humidité de temps en temps. Limaces et escargots sont capables d’avaler la moitié de leur poids dans la nuit. Mais rassu­rez-vous, dans certaines régions de Grande-Bretagne, la population des rampants a plus que doublé (jusqu’à 1 000 limaces au m2). Dans le monde agricole, certains semis sont noyés, le sol gorgé d’eau est inexploitable, mais le principal dommage réside dans l’érosion du sol. En effet, le ruissellement de l’eau a souvent emporté la matière orga­nique et donc, la partie fertile du sol disparaît. Le recours aux engrais est souvent pratiqué pour compenser le manque de nourriture. Dans nos jardins, les fumures organiques remplaceront les engrais. Près des rivières, les alluvions recouvrent les champs d’une couche de limon qui enrichit les sols.
On a remarqué des poussées végétatives remarquables. Dame Nature nous rappelle qu’elle reprend parfois ses droits face aux nombreuses tentatives des Hommes pour tenter de la maîtriser.


Le Grillon - La Grenouille n°32 - Juillet 2016