En automne, la nature s'habille de couleurs chaudes

L’automne est là, ses champignons, ses châtaignes, ses courges, ses fruits, ses vendanges, les cerfs et leur brame et sur­tout les nouvelles couleurs. Nul besoin d’être artiste pour prendre le temps d’admi­rer les couleurs de fin d’été.


La chlorophylle présente dans les feuilles et source d’énergie pour les arbres va diminuer progressivement pendant l’automne. C’est alors que les autres pigments (les caroté­noïdes) commencent à être visibles et émettent des couleurs jaunes, rouges, brunes et orange. Chaque automne, les arbres doivent s’adapter au froid de l’hiver. Pour ce faire, l’arbre se protège lui-même en tombant dans une sorte d’hibernation qu’il entreprend afin de conserver le maximum d’énergie. Avec la baisse des températures, les canaux qui apportent la sève sont scellés et une couche de cellules de séparation se forme à la base de chaque feuille (le pétiole). Cela crée un « bouchon » qui empêchera les bactéries, les insectes et les champignons de pénétrer dans l’arbre une fois que la feuille sera tombée.
Bientôt, la feuille ne tiendra plus que par des vaisseaux conducteurs de la sève. Un simple coup de vent suffira pour la faire tomber.

L’équinoxe* d’automne (du 21 au 23 sep­tembre) correspond au moment où le jour et la nuit ont des durées égales. Presque 4 minutes de lumière en moins chaque jour, ce qui explique la chute des feuilles par un manque de photosynthèse. On attendra le solstice d’hiver (21 ou 22 décembre, jour le plus court de l’année) pour doucement reprendre de la lumière sur la nuit.

Fin octobre, on observe souvent un redoux de quelques jours, c’est l’été de la Saint-Martin qui prolonge les floraisons.
L’homme peine à maîtriser l’énergie solaire alors que la plante en fait sa source de vie. Il lui a fallu 3 milliards d’années pour transformer l’énergie du soleil en nourriture (chlorophylle). Les plantes, les arbres, éliminent le gaz carbo­nique présent dans l’air et rejettent l’oxygène. Ils jouent un rôle fondamental dans la lutte contre le changement climatique. Grâce à eux, nous respirons ; alors nous devons verdir un maximum toutes les surfaces urbaines afin que les nuages continuent à nous protéger du soleil.

L’automne c’est aussi le vent, la pluie, les écharpes, les rhumes, le doux réchauffement près d’une source d’énergie accompagné d’une boisson chaude... et le ramassage des feuilles pour le compost qui nourrira votre potager de l’été prochain.
Ne pressons pas l’automne, cette douce saison qui endort lentement nos jardins.
*Au moment des équinoxes le soleil se tient exactement à la verticale au niveau de l’équateur.

Le Grillon - La Grenouille n° 29 - Octobre 2015